BandeauPetition.png


Actualités

La Lettre d'Info n° 4

LaLettre-4-201x273.png
L'urbanisme a été un sujet récurrent de cette campagne, porté par toutes les listes issues de la majorité municipale pour attaquer Stéphane Jabut. Le bilan du bétonnage de la majorité sortante dans le centre-ville est accablant. Urbanisme chaotique, permis délivrés sans cohérence, absence d'infrastructures et d'équipements d'accompagnement. Tout cela tranche avec un urbanisme réfléchi, organisé, étalé dans le temps et avec une gestion de l'espace, des espaces naturels et boisés et des lieux de vie. Un urbanisme équilibré.
La Lettre d'Info n° 4 fait le point sur ce sujet, qui est davantage développé dans notre article sur le site « Il y a urbanisme et bétonnage. Faisons la différence ».
Cette lettre revient également sur différents points de notre projet 2020 - 2026, ainsi que sur notre adhésion à la Charte de l'association Anticor, créée par le juge Halphen pour lutter contre la corruption. Nous vous invitons à la lire et à prendre aussi connaissance de la Charte interne de notre groupe, qui définit nos valeurs et nos engagements.

Les commerces de proximité


 
Une nouvelle épicerie ouvre dans le quartier de La Folle-Emprince, avenue Jean-Jaurès, à côté de l'école Le Petit-Prince, nous leur souhaitons la bienvenue. C'est l'occasion de parler des commerces de proximité.
Cette épicerie ouvre dans un collectif dont Stéphane Jabut, alors maire, avait négocié la mise à disposition du rez-de-chaussée pour accueillir des commerces et des services. Six ans ont passé avant que ce commerce ne puisse ouvrir.
Le commerce de proximité est un sujet difficile dans les communes de notre taille. Malheureusement, depuis 6 ans, le maire actuel et tous ceux issus de sa liste de 2014, ont abandonné le commerce de proximité. L'association des commerçants est en veille après des tensions avec la municipalité. Le Fisac (Fonds d'intervention pour les services, le commerce et l'artisanat, qui n'existe plus depuis 2020 et a été remplacé par d'autres dispositifs) avait été mis en œuvre par notre majorité lorsque nous étions en responsabilité. Aucune nouvelle aide depuis, très peu d'animations. 

La république des tricheurs

 
sponsorise.png
 
Tricher doit être une seconde nature au sein de la liste de la majorité municipale élue en 2014. Nous avons déjà parlé du faible sens démocratique qui les habite. Nous avons déjà dénoncé l'utilisation de moyens de publicité interdits pour certains d'entre eux. Voilà que maintenant c'est la liste du maire sortant qui se paye des publicités sur Facebook. Tout cela est illégal et peut même couter cher. Voyons voir.

La Lettre d'Info n° 3


 
LettreInfo-3-201x272.pngS'il est un point qui n'a pas été traité pendant le mandat qui s'achève c'est bien l'urgence écologique et climatique. L'agitation d'élus sortants, depuis l'approche des élections, autour de quelques arbres ne cache pas l'inaction des mêmes pendant tout leur mandat. J'attire votre attention sur le fait que les listes en présence pour ce second tour représentent toutes la majorité municipale actuelle, et ont pour têtes de liste, soit le maire, soit d'anciens maires-adjoints.
La seule liste d'alternative est la nôtre. Contrairement à ce que disent les élus sortants, les municipalités précédentes ont eu un souci tout particulier pour le développement durable. Un sujet qu'il convient d'amplifier mais qui était à l'œuvre dans le passé.
Cette Lettre d'Info fait état de quelques-uns des éléments de notre projet, que vous pouvez trouver de manière plus développée dans notre rubrique sur le développement durable.

Télécharger La Lettre d'Info n° 3

Il y a urbanisme et bétonnage. Faisons la différence.

 
AireDeJeuxLaFolleEmprince-1000x245.jpg
 
L'urbanisme est un aménagement du territoire - c'est un grand mot, mais il a du sens. Le bétonnage c'est quand on pose des immeubles sans cohérence.
Dammartin-en-Goële a connu les deux. Un aménagement dans le cadre d'une ZAC, qui est, au départ, une planification étudiée. Et le tartinage pavillonaire accompagné du bétonnage désordonné de son centre-ville au cours du mandat qui s'achève. Bien des permis de construire signés par le maire sortant seront réalisés dans les années à venir. On n'a donc pas encore vu le pire.

 

Bétonisation du centre-ville en catimini

Chemin du Bois de Jard, avenue des Sablons, un permis de lotir délivré en catimini pendant le confinement - le 23 avril - qui concerne, sur 8.000 m2, 16 maisons individuelles, 3 maisons groupées et un collectif de 21 logements sociaux.
Alors que les Dammartinois ont eu le sentiment d'être abandonnés pendant le confinement, le maire n'a pas chômé. Il a fait ce que cette municipalité fait depuis son élection, un fonctionnement opaque que nos élus ont dénoncé, une complète absence de respect du fonctionnement des institutions sans aucune communication avec les membres du Conseil municipal qui a conduit les élus du groupe Agir ensemble pour notre ville à demander la convocation d'un conseil municipal comme le permet l'ordonnance du 1er avril 2020.
À la vue de ce nouveau permis nous comprenons pourquoi le maire ne veut pas réunir le Conseil municipal, où il aurait des explications à fournir sur toutes les décisions qu'il a prises depuis le début du confinement, en l'absence de démocratie et grâce à des pouvoirs exceptionnels prévus pour gérer la crise sanitaire et non pour accélérer les affaires immobilières. Poursuivant son mépris des élus des Dammartinois c'est par un communiqué public qu'il fait part de sa décision et non par un courrier aux élus. Or l'argumentation qu'il emploie, sous des airs juridiques, est purement dilatoire : il cherche à gagner du temps, espérant ne pas avoir à réunir le Conseil compte-tenu de la proximité des élections.
Nous ne pouvons que dénoncer ce maire qui renie la démocratie et qui publie des communiqués pour s'en féliciter, en poursuivant les mauvais coups contre notre ville.
 

La Lettre d'Info n° 2

Lettre2-201x280.png
Faites-vous partie de celles et ceux qui n'ont pas su que des permanences étaient assurées pour la distribution des masques du Conseil départemental ? Avez-vous sorti vos encombrants à contretemps ? Aviez-vous des enfants à faire garder sans connaître l'offre de la ville et de l'Éducation nationale ?
La question de la communication municipale devra être traitée dès les premiers jours du prochain mandat. Site Internet à mettre à jour, rétablir le Dammartinfos supprimé à l'automne dernier, rééditer un guide des associations et des services locaux, et organiser une communication de crise, voilà quelques-uns des chantiers à ouvrir sur cette question.
Sur les questions essentielles de la période du confinement et celles liées au déconfinement le manque d'information a produit pour de nombreux Dammartinois un sentiment d'abandon. Il ne faut plus qu'à l'avenir l'information essentielle manque au moment même où elle est d'autant plus indispensable.
C'est pourquoi nous distinguerons l'information municipale, celle qui relève de la communication institutionnelle du maire sur les réalisations du mandat et l'information citoyenne, celle qui concerne la ville, les animations, les services, la vie citoyenne, associative, sportive, culturelle et éducative. Enfin, une communication de crise sera aussi mise en place. Cela signifie quoi ? Que pour des situations telles que celle que nous vivons nous garantirons que chaque foyer soit informé dans la journée, aussi souvent que cela sera nécessaire. Ce sont trois procédures que nous détaillons sur notre site.

Les propositions pendant le confinement

BandeauProtegeonsNous.png

Lorsqu'on est en situation de crise, il faut rassembler et non diviser. Au début du confinement l'heure était à se serrer les coudes. Les élus de l'opposition et les candidats aux élections municipales, par la voix de Stéphane Jabut, ont contacté la maire-adjointe chargée des affaires sociales pour proposer leur aide. 
Deux semaines ont passé après la début du confinement. Entre temps l'exécutif municipal n'avait pris aucun contact avec des élus qui, confinés comme tout le monde, étaient pour la plupart disponibles.
La campagne était bel et bien mise entre parenthèses, pour notre part. La mairie agissait dans l'ombre, on a dit dans l'opacité. Personne ne savait ce qui se passait. Aucune communication n'a eu lieu. Tous les Dammartinois en ont fait les frais, pas seulement les élus.
Ce n'est que le 5 avril que les élus se sont manifestés publiquement, n'ayant aucun contact avec la mairie. On s'inquiétait alors de savoir comment les Dammartinois en difficultés étaient soutenus par le CCAS, dont c'est la fonction. C'est à la suite de cette intervention que les membres de la Commission d'attribution des aides ont été contactés pour étudier quelques dossiers. Il n'y avait là aucune critique, les élus étaient dans leur rôle.

 

Les élus obligés de demander un Conseil municipal

CM-19-11-19-2-1000x325.jpg
Les élus d'Agir Ensemble pour Notre Ville en Conseil municipal

Nous en avons déjà fait état (voir ici) : les élus du Conseil municipal de Dammartin-en-Goële n'arrivent pas à obtenir la communication des informations, pourtant obligatoires, sur les décisions du maire. Le maire n'a pas mis en place ces procédures obligatoires pendant l'état d'urgence sanitaire. Ce sont des mesures exceptionnelles prévues par l'ordonnance du 1er avril 2020, Il n'a pas, non plus, répondu aux questions que les élus lui ont posées par écrit, dans de nombreux courriers en avril et mai (voir ici). Pour rétablir la démocratie les élus demandent la réunion d'un Conseil municipal, sur un ordre du jour précis, en vertu de l'article 3 de l'ordonnance du 1er avril. Cet article précise que le maire a obligation de convoquer le Conseil municipal, sur l'ordre du jour indiqué, dans les six jours après réception du courrier. Les élus en ont également informé le Sous-Préfet de Meaux.

Le maire nie la démocratie et s'en félicite


 
Marianne-EugeneDelacroix-Wikipedia.png
Tout ça pour un communiqué pareil ?
C'est un communiqué de presse hallucinant, présenté comme une lettre ouverte à Stéphane Jabut, que le maire de Dammartin-en-Goële a adressé à Magjournal77. Nous vous invitons à le lire et à le méditer, ce communiqué de presse est une insulte aux valeurs de la République Française. Nous espérons que le parti politique dont le maire se réclame, les Républicains, réagira à ses propos.

Quelle est la situation ?

Depuis la mise en place de l'état d'urgence sanitaire le gouvernement a pris des ordonnances qui donnent aux maires des pouvoirs exceptionnels. Compte-tenu du confinement et des risques sanitaires encourus par l'organisation de réunions avec de nombreuses personnes et ouvertes au public, les pouvoirs des Conseils municipaux ont été transférés à l'exécutif. C'est une entorse à la démocratie, nécessaire et assortie d'obligations pour les maires.
 
Ainsi, l'ordonnance du 1er avril 2020 précise bien que « Le maire informe sans délai et par tout moyen les conseillers municipaux des décisions prises sur le fondement du premier alinéa du présent I dès leur entrée en vigueur » (2ème alinéa de l'article premier).
 
C'est clair : les conseillers municipaux ne doivent pas être tenus dans l'ignorance de ce que fait l'exécutif municipal. Mieux : ils doivent en être informés automatiquement, sans avoir à quémander, et pas à la Saint-Glin-Glin mais « sans délai », ce qui veut dire en d'autres termes : tout de suite. Le maire n'a pas compris ou pas voulu savoir ?
 

La Lettre d'Info, numéro 1

LaLettre-1.pngAlors que nous sortons progressivement de cette période de confinement, beaucoup de questions se posent sur la manière dont cette crise a été gérée par notre exécutif municipal.
Parce que la situation était exceptionnelle, des règles d'exception ont été mises en place, donnant à tous les exécutifs des pouvoirs et des marges de manœuvre inhabituels. En contrepartie la loi prévoyait une large information de tous les élus du Conseil municipal. À Dammartin-en-Goële cela n'a pas été fait.
Les élus du groupe Agir ensemble pour notre ville, élu en 2014 et conduit par Stéphane Jabut, s'en sont inquiétés, d'abord par téléphone, puis via les réseaux sociaux. Face au mutisme de l'exécutif municipal, les élus ont écrit au maire et saisi le sous-préfet (voir notre article et sur le site des élus). La situation démocratique de Dammartin-en-Goële ne s'est pas améliorée pour autant.
Que s'est-il passé à la mairie pendant cette période ? Quelles décisions ont été prises ? Quelles difficultés ont été rencontrées ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu de périscolaire pour assurer un accueil élargi des enfants de soignants et des professions essentielles ? Quel est le statut des agents municipaux affectés à l'atelier de confection, sont-ils bénévoles ou chargés d'une mission par la ville ? Qui bénéficie des différents masques ? Est-ce que les personnes vulnérables ont été recensées ? Ont-elles été destinataires prioritairement de moyens de protection ? Les personnes en difficulté ont-elles été approchées par notre CCAS ? Quelles actions ont été menées pour les recenser et les contacter ?

Une municipalité opaque et dépassée


 
MosaiqueEcoles.jpgParce que la démocratie n'est pas mise en quarantaine « l’ordonnance du 1er avril relative au fonctionnement et à la gouvernance des collectivités territoriales et de leurs groupements prévoit que les élus locaux (...) soient destinataires de l’ensemble des décisions prises par l’exécutif local » (voir page 5 de ce document).  On ne peut pas être plus clair. Si l'ordonnance prévoit ce fonctionnement c'est parce que les pouvoirs des exécutifs ont été élargis pendant l'état d'urgence sanitaire. Or, cet élargissement ne vaut pas passage de la démocratie à l'autocratie et l'ordonnance avait pour but de garantir que la démocratie locale ne soit pas mise entre parenthèses par des élus en mal de pouvoir ou par ceux qui auraient profité des circonstances pour mener leur propre campagne pour le second tour avec les moyens municipaux. Une municipalité qui n'informe pas, qui est opaque, qui prend des décisions sans concertation et sans information de tous les élus alors qu'on est entre deux tours des élections municipales, si elle se comportait ainsi, serait en fait en train de faire campagne pour les candidats de sa majorité au détriment des autres.
Les élus du groupe Agir Ensemble pour Notre Ville s'en sont inquiétés. Aucune des décisions prises par la municipalite ne leur était communiquée. Nous avons déjà attiré l'attention sur cette manière de faire dans notre article du 29 avril.
À la suite d'une première intervention sur les réseaux sociaux le 5 avril le CCAS a réagi en appelant les membres de la commission d'attribution des aides : les Dammartinois dans le besoin ont attendu près de quatre semaines. Alors que les élus de l'opposition avaient offert leurs services, pensant à juste titre que l'heure était à l'union la plus large, aucun contact n'a été pris. Ils ont rappelé de nouveau le 20 avril, par courrier, être prêts à travailler. Sans plus de succès.

8 mai 2020

8Mai2020.png
 
Alors que nous ne pouvions pas nous rassembler en grand nombre en ce 8 mai 2020, si particulier, la municipalité n’avait rien communiqué aux élus sur l’organisation d’une cérémonie en nombre réduit.
C'est pourquoi Stéphane Jabut a tenu à se recueillir en fin d’après-midi devant le monument aux morts de Dammartin-en-Goële pour commémorer le 75ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945 et rendre hommage à toutes celles et ceux qui ont risqué leur vie pour vaincre la barbarie nazie. 
Ne jamais oublier les 60 millions de victimes civiles et militaires de cette guerre, dont 36 millions sur le continent européen. 
Le devoir de mémoire, quel que soit le contexte, pour connaître son passé, comprendre le présent, et ne jamais reproduire ! Vive la paix !

Pages